DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish

Le vélo : une filière économique prometteuse

Durant la dernière décennie, la pratique du vélo a fortement évolué. Elle a connu un fort engouement aussi bien dans ses dimensions urbaines que touristiques, sportives et de loisirs. En fait, elle a été encouragée par différents facteurs, ne citant que : les évolutions sociétales, les grands efforts d’investissement des collectivités, la promotion du modèle à assistance électrique et la crise sanitaire. Voici ce qui fait du vélo une filière économique prometteuse.

Le vélo est très utilisé par les particuliers

Pour de plus en plus de Français, le vélo devient justement un moyen de transport quotidien. Les gens pédalent pour aller travailler, pour aller à l’école, pour faire les courses et pour se promener.
Ils utilisent les différents aménagements cyclables, notamment les pistes cyclables, les véloroutes et les voies vertes. Les vélos envahissent les stationnements pour deux-roues et ils circulent partout, tant en milieu urbain qu’en milieu péri-urbain et en milieu rural.

Le cyclo-logistique est encouragé par les entreprises

Les entreprises d’aujourd’hui privilégient également le cyclo-logistique. Elles prévoient des vélos pour leurs coursiers et leurs livreurs afin de réduire les dépenses et afin de faire un petit geste pour l’environnement.
Elles tiennent même compte de la capacité de chaque candidat à pédaler lors des recrutements. Ce qui signifie que le vélo est une sorte de créateur d’emplois.

La vente de vélos et d’accessoires vélo a fortement augmenté

Question commerce, de nombreux magasins physiques et magasins en ligne proposent de nos jours des vélos en tout genre. Ils vendent aussi bien des VTC que des VTT, des vélos pliants, des VAE, des vélo-cargos, des vélos de route et des vélos sport urban. Ils commercialisent également des EPI pour cyclistes et des pièces détachées pour vélo.
En fait, les derniers rapports ont révélé qu’au cours des deux dernières années, le nombre de VAE liquidés est passé de 400 000 à 700 000 unités. Et à ce rythme, il est possible d’atteindre le million de ventes, voire même plus en 2025.
Pour ce qu’il en est des vélos cargos, il faut passer de 11 000 à 60 000 unités vendues par an pour répondre aux besoins des consommateurs estimés à 300 000 unités en 2027.

Les retombées économiques des usages du vélo sont non-négligeables

Pour parler enfin des retombées économiques directes des usages du vélo, celles-ci sont jaugées à 9,6 milliards d’euros par an et environ 80 000 emplois. Si l’on considère les activités induites et les bénéfices en termes de santé, elles pèsent 29,5 milliards d’euros avec une part modale d’environ 3%.
D’ici à 2030, il est possible d’atteindre une part modale de 24% qui représentera plus de 130 milliards d’euros de retombées économiques si les projets mobilité active connaissent du succès.